Beau Rivage




L’hôtel-restaurant Beau Rivage, l’ambassadeur gastronomique de Condrieu est un important employeur

Avec ses 45 salariés en haute saison, l’hôtel Beau Rivage de Condrieu figure sans nul doute parmi les plus gros employeurs de la commune. Pascal Humann a fait le choix d’ouvrir sept jours sur sept, toute l’année avec une grande amplitude horaire, ce qui nécessite de facto un important personnel. Il estime à cet égard avoir fait le bon choix, d’autant que l’établissement ne désemplit pas. Son objectif : développer encore plus les séminaires d’entreprise…

Condrieu a la chance d’avoir sur son territoire, sur les bords du Rhône un hôtel-restaurant emblématique : le Beau Rivage.

Créé par  Paulette Castaing, une « mère » lyonnaise, il a été repris en 1988 par la famille alsacienne Humann qui a su maintenir l’image et le standing de cette belle maison.

C’est sur la recommandation de Fernand Point en 1955 que Paulette Castaing a construit l’hôtel contigu à ce qui, à l’époque était une auberge déjà fort renommée.

Son propriétaire- exploitant actuel, Pascal Humann, 62 ans, a en 2000 investit 3 millions d’euros pour refaire l’hôtel à neuf : il fallait bien cela pour maintenir le standing quatre étoiles aux vingt-neuf chambres qui bénéficient d’une vue splendide sur un des plus beaux méandres du Rhône. Et qui offrent un taux de remplissage de 50 % en moyenne sur l’année.

Le Beau Rivage est un établissement qui marche sur ses deux jambes : hôtellerie et restauration se complètent. Ce qui lui a permis de réaliser un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’euros en 2017.

Il est en outre ouvert sept jours sur sept, ce qui nécessite un important personnel : 35 personnes en équivalent temps plein toute l’année ; 45 en haute saison avec les saisonniers : l’établissement est sans nul doute l’un des plus importants employeurs de Condrieu.

Il possédait même la caractéristique d’avoir derrière les pianos, non pas un seul, mais deux chefs : Ludovic Mounier et Emile Gabarre qui assurent une cuisine gastronomique, « classique, mais ce qui ne veut pas dire ancienne ».

Parmi les plats fétiches de la maison : « la quenelle de brochet au salpicon de homard », « La salade de homard » au printemps ; ou encore « les fleurs de courgette farcies, mousse de brochet au beurre d’estragon », etc.

Le restaurant qui chaque année voit transiter 20 000 convives, est doté d’une magnifique terrasse donnant sur le Rhône les beaux jours, propose ainsi de 60 à 80 couverts. Et offre des menus oscillant entre 41 euros (menu de l’Hermitage), à 99 euros (le menu toque et bouchons, intégrant un verre de vin avec les plats principaux).

Le type de clientèle est varié : de passage, pour une part venant du Nord de la France ou de l’Europe qui fait halte pour une nuit ou deux, mais aussi régionale : des habitants de la région lyonnaise ou stéphanoise venant pour un week-end ou des raisons familiales.

La ViaRhôna, la voie verte cycliste qui va du Lac Léman à la Méditerranée passe juste devant l’établissement : ce qui permet à l’hôtel-restaurant de bénéficier depuis peu d’une nouvelle clientèle grandissante sur deux roues qui dort sur place et profite au passage du restaurant. Pascal Humann a ainsi par exemple récemment accueilli un cycliste qui avait fait la route entre l’Alsace et Condrieu… en trois jours. Une clientèle souvent dotée d’un bon pouvoir d’achat.

On estime que lorsque la ViaRhôna sera entièrement terminée, près de 100 000 cyclotouristes devraient l’emprunter, voire plus…

Pascal Humann aimerait enfin voir une clientèle se développer encore plus : celle des séminaires d’entreprises. Il bénéficie pour ce faire d’une grande salle de 100 mètres carrés, modulable en trois salles séparées. « Nous avons tous les atouts pour développer cette clientèle », explique-t-il.

Bref, entre touristes de passage, tourisme œnologique, cyclotouristes et entreprises, le Beau Rivage n’est pas près de voir sa clientèle se tarir…

 



Coordonnées :


04 74 56 82 82

www.hotel-beaurivage.com