Gaec Abricot et Potiron




Le Gaec Abricot et Potiron à Loire-sur-Rhône, acteur du « Fruit pour la récré »

Cela se sait peu, mais la région Auvergne-Rhône-Alpes et surtout la vallée du Rhône est la première productrice en France d’abricots et la deuxième de cerises. Ainsi sous l’impulsion de sa commission agriculture, présidé en 2010 par Gilbert Chavas, l’ancienne Communauté de communes de la Région de Condrieu décide de s’inscrire dans l’opération « Un fruit pour la récré ».

Sous l’impulsion de sa commission agricole, l’ancienne Communauté de communes de la Région de Condrieu où sont présents, on le sait, de nombreux arboriculteurs, a mis en place une initiative originale intitulée « Un fruit pour la récré ». Le concept : proposer tous les mardis matin un fruit aux enfants des écoles.

Un succès depuis qu’elle a été lancée, il y a huit ans ; d’autant que des financements européens permettent aux collectivités de pallier pour une bonne part le coût de l’opération : elle touche près de 2 000 élèves.

Gilbert Chavas, 57 ans, arboriculteur et acteur depuis le début dans ce projet qui permet à nos chères petites têtes blondes ou brunes, de prendre l’habitude de manger des fruits est l’un des deux membres du « Gaec Abricot et Potiron » installé sur les hauteurs de Loire-sur-Rhône.

Cela se sait peu, mais Auvergne-Rhône-Alpes et surtout la vallée du Rhône constituent la terre d’élection de l’arboriculture : on y trouve d’excellents terrains et de l’eau en quantité, grâce au Rhône et du soleil en abondance.

Avec ce résultat : nous sommes les premiers producteurs en France d’abricots, avec le quart de la production française ; et les seconds pour les cerises.

Deux des productions phares justement de ce « Gaec Abricot et Potiron » dont le deuxième membre, outre Gilbert Chavas, est Mathieu Poulenard, 32 ans.

Une exploitation qui se déploie sur 48 hectares, dont 17 hectares de vergers et 2,5 hectares pour les légumes. S’y ajoute également la culture de céréales, en rotation.

Ils se sont partagé les tâches. Le premier s’occupe de l’arboriculture au sein du Gaec, le second du maraichage.

Gilbert Chavas a ainsi jeté naturellement son dévolu sur les abricots (40 % de la production), suivi des pommes (40 % également) et des cerises dont la Burlat, native de Loire-sur-Rhône : on fête cette année les 100 ans de la création.

Le deuxième membre du Gaec, produit, lui dans des serres les principaux légumes consommés dans la région, au nombre de sept ou huit, chaque saison.

Avec un chiffre d’affaires avoisinant les 250 000 euros, l’entreprise dégage suffisamment de bénéfices pour les faire vivre tous les deux.

Plusieurs raisons à cela : ils ont choisi des productions agricoles pour lesquelles une vraie demande existe-et notamment à l’export pour l’abricot, très en vogue actuellement- ; mais ils sont aussi adeptes des circuits courts.

Ainsi, Mathieu Poulenard vend lui-même directement l’intégralité de ses légumes sur les marchés : le samedi matin à Vienne, mais aussi à Vernaison, le mercredi matin, Givors, le vendredi matin, et Echalas, le vendredi soir.

Une partie des 250 à 300 tonnes de fruits produits par Gilbert Chavas est transformée en jus à travers une Sarl « Les Vergers lyonnais », créée et dirigée par une dizaine d’arboriculteurs de la région : une entreprise de transformation des fruits, mais aussi de distribution. A l’arrivée : 220 000 bouteilles de jus de fruits commercialisées chaque année sur le marché régional.

Il est aussi présent dans de nombreux lieux de restauration collective à travers un accord avec Sodexo ; et est aussi présent sur les marchés locaux.

Enfin, depuis plusieurs années, l’un comme l’autre sont adeptes de l’agriculture raisonnée qui, sous couvert de la Chambre d’agriculture, permet de limiter au maximum les intrants.

Très impliqué également dans la vie locale, Gilbert Chavas pense que le rôle de l’agriculteur est aussi d’être un créateur de lien social. Il recrute ainsi ses trente saisonniers, chaque année parmi les jeunes de Loire-sur-Rhône ou des alentours : « Ce sont tous des locaux : je pense que l’agriculteur doit aussi être un animateur de son territoire », assure Gilbert Chavas.

« Un fruit pour la récré », une grande attention aux jeunes de la commune : le « Gaec Abricot et Potiron » joue assurément la carte jeune.

 



Coordonnées :


Tel. 06 81 64 71 28