GONZALES : études et réalisation d’équipements industriels




Le parcours d’André Gonzales est à lui seul le plus bel hommage que l’on puisse faire à l’entrepreneuriat.
Doté d’un CAP de fraiseur, ce dirigeant de soixante-quatre ans a su construire une très belle entreprise, Gonzales, basée à Estrablin où se situe son siège social et ses quarante-quatre salariés.
La martingale de cette réussite : la rigueur et la passion. La société Gonzales, spécailisée dans l’étude et la réalisation d’équipements industriels, fabrique des machines spéciales, des « moutons à cinq pattes » qui demandent une très grande technicité.
Un exemple : depuis l’origine, l’entreprise estrablinoise est sous-traitante du pneumaticien Michelin qui lui commande régulièrement des machines spéciales destinées à intégrer ses lignes de fabrication de pneus en Auvergne, mais plus sûrement encore en Chine, au Brésil ou dans les autres pays où Michelin est implanté. Une collaboration qui, fait rare, a valu à la société Gonzales un « Award du meilleur fournisseur de machine ».
L’entreprise Gonzales a peu de clients, mais ceux-ci sont fidèles et figurent parmi le who’s who de l’industrie françaises : Areva, Alstom, Saint-Gobain, ou encore l’américain Procter & Gamble, etc. ; excusez du peu !
André Gonzales a débuté dans le métier comme artisan sur la commune de Septème. Il a ensuite installé son entreprise à Estrablin, ses premiers locaux s’avérant trop petits pour pouvoir faire face à une demande grandissante.
En matière industrielle, qui n’avance pas recule. André Gonzales a ainsi successivement repris une entreprise haut-savoyarde spécialisée dans la mécano-soudure, a ouvert une base en Roumanie, acquis une autre entreprise très axée robotique et automatisme à Toussieu ; et enfin développé une unité de maintenance à Saint-Etienne.
Après un passage sur les bancs de la faculté et un diplôme à l’ESC Saint-Etienne, son fils Damien, 35 ans, après avoir sillonné le monde pour diverses entreprises, a intégré ensuite l’entreprise familiale, après avoir fait ses preuves de manager.
Son père lui a proposé un très beau challenge : construire et mettre en route une usine en Roumanie, pour que Gonzales puisse suivre ses clients à l’Est.
« Sans ce développement et toutes ces diversifications, nous n’existerions peut-être plus », estime André Gonzales.
Passage de témoin
Nouveau stade important pour l’entreprise : le passage de témoin d’une génération à l’autre. Damien Gonzales a pris en décembre dernier la présidence de la SAS (Société à Actions Simplifiée) Gonzales, succédant à son père à la tête de l’entreprise.
Ce dernier va continuer de l’accompagner pendant deux ans, avant de prendre une retraite amplement méritée.
Parmi les projets dans les cartons : la création d’une nouvelle usine en Asie, une région que connaît bien Damien Gonzales pour y avoir travaillé entre sa sortie de l’ESC Saint-Etienne et son intégration dans l’usine familiale. Là encore, il s’agit de suivre les grands donneurs d’ordres de la société, désormais tous présents dans cette partie du monde.
Un nouveau challenge qu’aura à relever Damien Gonzales, perpétuant une tradition entrepreneuriale manifestement bien ancrée dans la famille.



Coordonnées :


http://www.gonzales.fr