LDLC




Le site de e-commerce créé à Lyon par Laurent de la Clergerie qui lui a donné ses initiales, a développé depuis quelques années des boutiques en dur dans toute la France.

Déjà propriétaire d’un magasin LDLC, zone de la Maladière à Bourgoin-Jallieu, Christophe Carron, 38 ans a ouvert en juin dernier à Vienne un second magasin, cours Brillier à Vienne.

Un choix d’implantation qui n’allait pas de soi car la quasi-totalité des magasins LDLC qui ont déjà été créés sont situés au sein de surfaces commerciales à l’extérieur des centres-villes.

Ce magasin a d’ailleurs bien failli ne pas ouvrir à Vienne, reconnaît Christophe Carron, mais… à Salaise-sur-Sanne. Il avait d’abord étudié son implantation dans cette commune au sud de Vienne, au sein d’une zone commerciale.

C’est la visite de la Ville et des sites potentiels en centre-ville, organisée par Thierry Kovacs, maire de Vienne, à destination de six franchiseurs, qui a changé le cours des choses.

Christophe Carron a vite été convaincu de l’intérêt d’ouvrir une telle franchise en pleine ville et a réussi à son tour à convaincre l’équipe de développement de LDLC venue sur place.
« Ce qui m’a convaincu : Vienne est une ville accueillante pour le commerce. La Ville se donne les moyens de revitaliser le commerce. Nous avons senti qu’il existait un réel potentiel », explique le franchisé LDLC.

Entouré d’échafaudages pendant tout l’été du fait des travaux au sein des résidences du Champ de Mars, le magasin n’était pas très visible. Les échafaudages ont été retirés : parallèlement, les ventes qui étaient déjà d’un bon niveau cet été, ont décollé depuis la rentrée. « Nous allons atteindre rapidement les chiffres que nous nous sommes fixés », se félicite Christophe Carron

Ce magasin de produits électroniques (télévisions, ordinateurs, téléphonie, jeux vidéo, etc.) qui se déploie sur près de 100 m2 propose près de 1 500 produits en magasin.

Le reste de la superficie du local commercial, soit environ 130 m2, est consacré à un atelier.

Les trois salariés du magasin sont en effet polyvalents : ils sont à la fois vendeurs, mais aussi capables de réparer ou d’adapter des ordinateurs à la complexité des jeux vidéo, par exemple.  « Ils sont aptes à monter des ordinateurs sur-mesure », se félicite Christophe Carron.

La clientèle est pour l’heure à plus de 50 % Viennoise. Mais Christophe Carron se rend compte que son magasin s’avère attractif : « Nous avons des clients qui viennent d’un peu partout et notamment de la Loire », se félicite-t-il.

Avantage concurrentiel : « Les prix que nous proposons sont les prix de la vente en ligne, c’est-à-dire les prix les plus bas du marché, très agressifs. Il n’y aura aucune différence. Nous profitons de la puissance de négociation de LDLC qui a réalisé l’année dernière 500 millions d’euros de chiffre d’affaires », assure Christophe Carron.

Le « plus » apporté ? « C’est le conseil : nous sommes à l’écoute de nos clients pour bien les orienter : nous ne nous battons pas sur les prix, mais sur le service ! Nous avons reçu de nouveaux jeux avec des casques de réalité virtuelle, les clients peuvent les tester, bénéficier de démonstrations », lance-t-il.

On le sait, le commerce traditionnel souffre de la montée en puissance générale de la vente en ligne. Magasin de la nouvelle génération, LDLC Vienne montre que l’on peut lier les deux. D’ailleurs, des sites de vente en ligne, dont les sièges sont situés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes comme Miliboo (mobilier, Annecy) ou Spartoo (chaussures, Grenoble), sont eux aussi en train de développer leurs magasins en dur dans toute la France. Un jour aussi à Vienne ? Comme LDLC ?

 



Coordonnées :


LDLC

10 cours Briller, Vienne.

04 81 43 11 11

https://www.ldlc.com/magasins-ldlc/magasin-470055/38-ldlc-vienne/