SAIP et Comaplex




Ceux qui rêvaient d’une économie sans usine ont tort. Pas de développement économique, sans solide socle industriel. Tout ce qui concourt au développement de l’industrie doit être encouragé car c’est sur un tel socle que le secteur des services peut croître et prospérer.

C’est ainsi que l’arrivée depuis le mois de juin dernier des sociétés SAIP et Comaplex, deux entreprises industrielles, sur la zone des Platières à Chasse-sur-Rhône doit être saluée.

Placées sous une même holding, bénéficiant d’un actionnaire unique, SAIP et Comaplex sont dirigés par Stéphane Carzola et emploient à elles deux pas moins de cinquante personnes.

La première, SAIP est spécialisée dans l’ingénierie du traitement de l’air. Elle réalise et installe des systèmes permettant de traiter les effluents gazeux comme ceux, par exemple des centrales d’épuration à des fins de dépollution de l’air. Elle capte ces effluents, les ventile, les aspire et les traite.

Un vaste marché puisqu’une directive européenne oblige désormais les stations d’épuration à traiter ces effluents qui, il est vrai, dégagent des odeurs proches de l’œuf pourri (pour les chimistes : H2S), en l’occurrence, du sulfure d’hydrogène.

SAIP a déjà équipé près de soixante-dix stations : son champ d’activité est la totalité de l’Hexagone.

La seconde activité, Comaplex, est aussi installée sur un marché de niche, mais combien nécessaire pour les industries chimiques : elle réalise des cuves de stockage pour les produits extrêmement corrosifs qui ne peuvent être stockés dans des cuves en acier inoxydable.

Les cuves de Comaplex, dont certaines de taille vraiment impressionnante, sont fabriquées dans une matière non corrosive : des plastiques thermoformés et découpés avec l’aide de lasers.

Seuls de tels récipients sont à même d’accueillir certains produits chimiques très corrosifs : Comaplex travaille pour ce faire avec de nombreuses entreprises de la vallée de la chimie et du site de Roussillon.

Suite à un appel d’offres, elle a également remporté un autre marché : elle fournit les vitres des fourgons de CRS pour toute la France. Ceux-ci ne sont pas en verre, trop fragile, mais en polycarbonate : 250 fois plus costaud ! Un marché de 700 000 euros.

Une belle entreprise, là encore, dotée d’une technique, de matériel et d’un savoir-faire éprouvé et reconnu.

Dirigées par Stéphane Cazorla, les deux entreprises réunies sous une même holding ont réalisé l’année dernière 4,6 millions d’euros de chiffre d’affaires et affichent une croissance de 5% à 6% par an.

Elles étaient auparavant basées à Grigny, près de Givors dans le Rhône. Mais trop à l’étroit, Stéphane Cazorla a préféré les faire migrer à Chasse-sur-Rhône où elles se retrouvent plus à l’aise. Mieux même, Stéphane Cazorla bénéficie d’une possibilité d’extension de 1 000 m2.

Le dirigeant de SAIP et de Comaplex est d’autant plus ravi d’arriver sur la zone des Platières qu’il s’est senti immédiatement intégré et écouté. « On n’avait pas encore donné le premier coup de pioche de notre bâtiment que nous étions déjà conviés à une réunion où les représentants de la zone étaient présents et ont pu évoquer les problèmes qui pouvaient se poser à eux, afin de les résoudre. C’était révélateur : j’ai ressenti immédiatement le dynamisme de cette zone d’activités », se félicite-t-il.



Coordonnées :


SAIP et Comaplex

zone des Platières

chemin de la Jaconne

04 72 49 31 90

contact@comaplex.fr

http://www.comaplex.fr