Spirulib




Seul producteur de spiruline de l’Agglomération, Vincent Libeaut joue la carte des circuits courts

Il y a quinze ans, personne ne connaissait la spiruline. Elle a fait en quelques années un boom incroyable. Cinq producteurs en 2005, deux cents aujourd’hui, en France ! Parmi eux : Vincent Libeaut qui a installé il y a sept ans son site de production de spiruline, chemin du Viannais à Eyzin-Pinet.

En juillet 2013, il lançait sa première production de spiruline. Près de sept années plus tard, Vincent Libeaut a toujours le feu sacré. Non seulement le créateur de la société Spirulib maîtrise parfaitement la production de la spiruline, mais il a également trouvé le modèle économique qui lui permet de vivre et de pérenniser son entreprise.

Mais d’abord qu’est-ce que la spiruline ?

« C’est une micro-algue en forme de spirale à l’origine de l’oxygénation de notre atmosphère », décrit l’exploitant.

Il ajoute : « C’est l’élément naturel le plus riche en protéines : on y trouve de 60 à 70 % de protéines, du fer, des minéraux, des acides gras essentiels, des vitamines… »

Et de détailler : « C’est un produit naturel, idéal pour les adolescents, les femmes enceintes, les sportifs, les végétariens, les malades qui ont besoin de renforcer leurs défenses immunitaires, les convalescents ou les personnes fatiguées ».

Vincent Libeaut, 39 ans qui est issu d’un milieu agricole a découvert la spiruline en effectuant des missions humanitaires après son Master de chimie. Pour ce faire, il s’est formé pendant trois mois à sa culture au lycée agricole d’Hyères.

Il faut savoir que dans certains pays, notamment africains, elle est produite naturellement sur les bords de lacs où la température et l’hygrométrie sont adaptées à son développement. « On a découvert au bord du lac Tchad, une tribu qui la récoltait et en consommait quotidiennement : or, l’on a pu constater que cette tribu avait un faible taux de maladies et était en bien meilleure santé que les tribus voisines… »

C’est la raison pour laquelle des ONG ont installé des sites de production de spiruline dans de nombreux pays en voie de développement. C’est à travers ce type de missions que Vincent Liebaut a découvert la micro-algue et sa culture.

Revenu en France, il a décidé de se lancer à son tour dans la production en créant sa société, Spirulib. Il a pour cela bénéficié d’aides financières, notamment d’un prêt d’honneur du réseau Initiative Isère Vallée du Rhône, ainsi que d’une subvention à l’investissement agricole.

Seul sur sa zone de production composée de trois bassins sous serre, il fait tout, à lui tout seul : de la culture à la récolte de la spiruline, soit de 300 à 350 kilos par saison, mais aussi son séchage qui s’opère lentement ; entre 6 et 12 heures, pour ne pas altérer les qualités de la micro-algue verte. Ladite qualité est d’ailleurs contrôlée plusieurs fois par an par un laboratoire indépendant.

Il s’occupe également de la commercialisation, directement sur l’exploitation (55 % de la production), mais aussi, via son site de e-commerce (de 20 à 25 %) ou au sein de magasins de la région, style « Ronde des Fermes » pour le reste des ventes, à raison de 15 euros les 100 grammes, ce qui correspond à une ration mensuelle pour une personne.

 



Coordonnées :


www.spirulib.com

06 74 54 52 34