Xavier Jury




Cela fait partie de sa philosophie. Xavier Jury, un éleveur de quarante-sept ans, installé à Chonas-l’Amballan a toujours milité pour les circuits courts. Il vend donc 100 % de sa production dans un rayon de cinquante kilomètres.

Cet agriculteur qui a passé sa coopération civile en Casamance, au Sénégal, pour accompagner les producteurs locaux cultive à la fois sur 70 ha, des céréales, mais aussi élève, près de cent-quinze bêtes, des vaches limousines.

Pour les nourrir, pas du tourteau de soja importé comme cela se fait beaucoup encore pour apporter des protéines aux animaux. Avec d’autres agriculteurs, à travers une CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole), il a créé un moulin qui presse le colza qu’il cultive, produisant ses propres tourteaux de colza et n’a de ce fait pas de souci de traçabilité ni de prix erratiques.

Pour Xavier Jury, ce mix entre céréales et élevage est important : « Il ne faut pas que l’agriculteur soit axé sur un seul produit. Cela peut être trop dangereux en cas de sécheresse ou de turbulences sur les marchés comme lors de la crise de la vache folle. »

Il ajoute : « Cela permet en outre de pratiquer des rotations des terrains, des assolements, de bénéficier de fumures, ce qui offre au total une meilleure valorisation les produits. »

A l’arrivée, cette façon de procéder constitue un gage de qualité. Ainsi cet éleveur est totalement autonome : il produit ce que consomme son élevage. Le reliquat des céréales est vendu à des coopératives dont la Dauphinoise.

Et surtout, il vend les 7 à 8 tonnes de viande qu’il produit chaque année exclusivement en circuit court. D’abord chez lui, au sein de sa ferme de Chonas l’Amballan (50 % de ses ventes). Il suffit de réserver sur son téléphone portable. Il est également partie prenante du système d’AMAP (20 %), à l’Espace Saint-Germain et Malissol, à Vienne. Il participe également au magasin de producteurs de Solaize (30 %), ce qui lui permet de réaliser un chiffre d’affaires de l’ordre 150 000 euros par an, subventions comprises.

Ce mode de distribution va s’élargir en 2014, puisqu’il fait partie de l’équipe de producteurs locaux à l’origine de la future « Halle des Terroirs » de 800 m² qui doit voir le jour à Salaise-sur-Sanne
La seule contrainte de ce métier dont il apprécie « la liberté et la vie en plein air qu’il procure, c’est son corollaire : beaucoup de travail ». Mais, en face, il trouve sa récompense : « c’est le contact avec les clients : c’est agréable d’être remercié et d’avoir de bons échos sur ce que l’on produit », lance-t-il avec un large sourire.



Coordonnées :


06 15 49 02 94.